dimanche 22 mars 2009

Pommes de terre

________________________________________________________

---> Préparation d'une parcelle de pommes de terre
---> Le jardin d'Emilia

Comme vu sur la vidéo d'Emilia, j'ai percé une fenêtre dans le carton, creusé un trou à la dimension de chaque pomme de terre (pas trop enfoncée), recouvert de terre et de broyat.

Plantées en quinconce, à 40 cm de distance les unes des autres (mon beau-frère dit : un pied et demi entre deux. Il a mesuré avec ses grandes tatanes. Pile-poil !). J'ai marqué l'emplacement de chaque plant avec un bâtonnet pour en surveiller l'évolution.

Vingt pieds ! J'ai donné le reste à mon beauf pour qu'il les teste dans son jardin cultivé de façon traditionnelle (labour, fumure). On comparera à l'arrachage.

Un coup d'œil à mon petit tabouret, en passant... Il est censé être utilisé pour s'agenouiller, moi je ne peux pas alors je m'y assois. Il est réversible pour une utilisation à hauteur normale. L'armature est utile pour prendre appui pour se relever et il est pliable. Un petit bijou pour les esquintés comme moi ! Même à l'intérieur de la maison, je m'en sers comme repose-pieds.

______________________
Vendredi 27 mars 2009

J'ai découvert aujourd'hui un blog très intéressant "Un Blog Bio Mais Pas Trop". Une page est consacrée aux pommes de terre et selon son auteur DinDiu, la meilleure période pour planter les pommes de terre est celui de la première fleur de lilas. Ça, c'est un truc que je vais retenir...

Les lilas sont chez moi, tout près du potager naissant et si je m'en réfère à ce précepte, j'ai planté trop tôt : les lilas sont encore en boutons.
Observons, donc...

_____________________
Dimanche 5 avril 2009

Gentil voisin ne croit pas à mes expériences et pourtant, ce matin en ouvrant la fenêtre, j'ai trouvé un grand sac de paille que je me suis empressée de rajouter au broyat qui couvre mon carré de pommes de terre.

J'ai commencé à le border de petites barrières : le chat (voisin de gauche) prend ça pour une litière géante et le chien (voisin de droite) traverse en diagonale, se fichant bien de l'endroit où il pose les pattes. Ca n'arrêtera que le chien qui ne trouvera aucun intérêt à sauter des obstacles ; quant au chat, il faut que j'arrive à le dissuader. Pour l'instant, un feulement bien imité aussitôt suivi par une course poursuite canin-félin est ma seule offensive.
Il ne semble pas attiré par le caisson. J'y ai disséminé quelques gousses ramollies d'ail pelé dont l'odeur est censé repousser les chats. Je le tenterai aussi chez les pommes de terre, on ne sait jamais...

Je vérifie de temps en temps en écartant la couverture végétale, comment se portent les pommes de terre : ça va. Les tiges ne poussent pas vite mais s'épaississent en prenant une bonne couleur violette.

__________________
Mardi 14 avril 2009

Les premières pommes de terre pointent leur nez !












___________________
Jeudi 23 avril 2009

Deuxième coup de gelée. La précédente (dimanche dernier) avait déjà laissé des traces. Là, ça va faire mal !

0° suffisent à brûler les feuilles. Je retiens la leçon : attendre la floraison des lilas. Ça vaudrait le coup que j'en replante quelques une maintenant pour comparer leur évolution, aux unes et aux autres.

Hop ! Quatre planches, cartonnage et paillage pour un nouveau carré de pommes de terre.











________________________
Dimanche 10 mai 2009

Les "Saline" (mauvaise surprise : je découvre juste maintenant que c'est une variété d'importation) qui ont été plantées le 22 mars se portent à merveille. Aucune trace de maladie ni de bestioles, même pas les limaces ! Je suppose qu'elles n'apprécient pas de glisser sur le paillage.

Les "Lady Christl" plantées le 30 avril commencent à peine à monter en feuillages. Les lilas étaient en pleine floraison à cette date.


Ce qui est sûr, c'est que tout va bien sous les cartons. L'anaconda tranquillement étiré n'a pas bronché quand j'ai écarté l'ouverture : preuve qu'il fait bien humide la-dessous alors qu'il n'est pas tombé une seule pluie depuis la plantation.

Dans le caisson, un pied spontané au feuillage sombre. Je suppose qu'un germe avait été balancé avec les épluchures dans le compost. Idem pour quelques pieds de topinambour qui grimpent à qui mieux mieux.
Ça n'a pas l'air de déranger carottes et échalotes qui poussent autour.

Pour que l'expérience soit complète, il aurait fallu que je plante à ces trois endroits la même variété de pommes de terre. Honnêtement, j'ai pris un peu n'importe quoi, je ne suis pas très connaisseuse en patates.

Mais cette année, comme tout le monde s'est remis au jardin dans le coin, je vais proposer du troc pour comparer les goûts, les qualités et quantités de production, les fragilités, suivre la conservation, etc...

________________________
Jeudi 21 mai 2009

Premières fleurs sur les Saline alors que les Lady Christl sortent juste de terre.








________________________
Mardi 09 juin 2009



Message spécial pour Christophe qui ne veut pas croire qu'on puisse produire des pommes de terre sur un sol non travaillé depuis 20 ans sur les Causses caillouteux, en les enfouissant à peine et en les recouvrant de carton, broyât et paillage.
Deux arrosages depuis la plantation ! Mais là, je fanfaronne parce que le temps est très clément en nous offrant une pluie tous les 10 jours.

Je mangerai MES pommes de terre cet hiver (sans affirmer toutefois que la production soit énorme, ce sera la surprise au moment de la récolte) et j'aurai une belle terre riche toute prête pour l'an prochain (avec paillage et cartons !)

Alors, alors ???

:D

Réponse de Christophe :
"T'auras de quoi te faire une salade !" ;)


_______________________
Lundi 29 juin 2009

Le carré de Saline termine son cycle végétal.
J'ai dû rajouter une couche de foin pour les protéger du soleil brûlant parce que j'ai remarqué que les pommes de terre soulevaient et écartaient les cartons.
Deux épaisseurs ne suffisent pas, apparemment.

L'an prochain, j'investirai dans des tuyaux poreux que je placerai sous les cartons. Ça m'énerve de faire le planton en comptant à chaque pied pour être sûre qu'elles aient assez d'eau !



___________________
Lundi 27 juillet 2009

Les "Saline", débarrassées des cartons, sont simplement posées sur la terre.
Pas besoin de sarclage ; il suffit de dégager la couverture à la fourche pour qu'elles s'offrent comme des œufs bien groupés.

La production est loin d'être ridicule pour un entretien proche de zéro.

Vingt pieds pour 6,5 kg de pommes de terre --> 329 g par pied ---> A raison d'une portion de 150 g/personne/repas, j'assure 44 assiettes.
Pas suffisant pour en manger chaque semaine.

La comparaison de production se fait généralement avec la Bintje qui donne 1 kg par pied ; la Saline est considérée comme moyenne. Je note qu'il y a environ une dizaine de pommes de terre par pied, dont trois grosses. Un apport d'eau ne peut être que bénéfique au développement des autres tubercules qui n'ont pas eu le temps de grossir avant le déclin végétal.

Une seule pluie depuis la mi-juin, pourtant la terre est humide. Ça me servira de repère pour l'an prochain. Puisque je sais maintenant qu'elles peuvent produire sans apport d'eau et pour vraiment comparer, je laisserai une parcelle sans arrosage et une autre avec, en utilisant la même variété.

Un seule pomme de terre est grignotée, aucune n'est abîmée par le sarclage puisque je ne le pratique pas et une repart en végétation parce qu'elle était trop exposée à la lumière (je l'ai replantée dans le caisson, ça fera ce que ça voudra).

Je recouvre aussitôt la terre qui commence à s'améliorer par le broyât en décomposition et les déjections des vers que je remarque un peu partout.

Le carré de Lady Christel reste intact ; les pieds terminent leur cycle de vie. Mais j'ai soulevé les cartons pour voir. Sans apport de broyât, la terre est sèche et craquelée, les tubercules semblent rares. Le carton protège de la lumière, empêche la repousse de l'herbe mais ne semble pas suffire à perserver l'humidité.

Le pied de Franceline qui avait poussé spontanément dans le caisson a donné 498 gr de pommes de terre. La terre y est meuble et de l'eau, il en a eu.

Dans les jardins alentours, tout le monde semble dire que les productions sont maigres, cette année. Même un papi qui arrosait à outrance et dont les magnifiques feuillages nous faisaient baver d'envie n'a pas eu la récolte espérée. Le nombre de tubercules est là mais ils sont restés petits.

Et chez vous, comment ça se passe ?

2 commentaires:

  1. Déjà le temps des pommes de terre chez vous ??? Incroyable ce décalage de températures : ici il fait toujours -20 C la nuit... et nous avons encore 50 cm à 1 mètre de neige presque partout... le potager, ce sera pour la première semaine de juin... Que j'ai hâte !
    Au plaisir, Lucie

    RépondreSupprimer
  2. J'avoue que pour le moral, ça fait du bien et je comprends que tu trépignes. Ça n'empêche pas que nous nous prenions un retour de bâton de temps en temps et tout est à refaire.

    RépondreSupprimer